Hou la menteuse !

Je sors ce soir, raison invoquée : cours de gravure – Vrai
Je sors mercredi soir, raison invoquée : anniversaire d’une copine – Semi vrai… c’est pas son anniversaire, mais c’est avec elle que je sors…
Je sors jeudi soir, raison invoquée : conseil d’école – Vrai
Je sors samedi soir, raison invoquée : vernissage – Vrai
Je lundi soir, raison invoquée : CA – Vrai
Je sors samedi soir, raison invoquée à trouver – hundred pourcent lie… (ou pas ?)

Je mens rarement, je mens mal, je mens pour éviter des prises de tête. Le problème c’est quand il s’en rend compte. C’est pire. Doublement pire. Parce qu’il se dit que pour avoir menti « pour si peu » c’est que je lui cache forcément quelque chose de bien pire que ce que j’avoue. Pourquoi est-ce si difficile de dire : « je vais au concert de X. » ? J’y vais, j’écoute, je bois un coca, je dis « salut » et je rentre. Je satisfais mon envie, je fais plaisir au pote, et je passe un bon moment. So what ?

So what… Il ne dira rien, ou il dira « vas-y », mais il ne viendra pas avec moi, il passera la soirée à se demander ce que je fais, pourquoi j’y vais, ce que ça cache. Le lendemain matin, il fera la gueule, fermé, mutique, douloureux de se faire des millions d’idées fausses… Idées que j’aurais beau démentir, rien n’y fera.

Alors pour éviter des prises de tête qui ne font rien avancer, je dirais que samedi soir, c’est une soirée quelconque… Reste juste à trouver la raison.

Publicités

Embrouille

– Qu’est ce qui ne va pas ? Ton boulot ? Ta douce ? Non ce qui m’ennuie le plus c’est cette embrouille entre toi et elle…

Mais y’a pas d’embrouille pour moi, je me fiche du mode de vie des autres, ce blog qui est le mien est mon espace d’expression et je prends la liberté d’y exprimer ce qui me passe par la tête. Pour reprendre l’expression de mon amie Bri qui fut en son temps la reine des blogs (je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans… etc etc) : « mon blog  n’est pas un lieu pour que les lecteurs exercent leur liberté d’expression mais pour que je puisse y exercer la mienne ».

Je ne sais plus exactement ce qui s’est dit ensuite. Ca s’est tenu en plusieurs actes d’ailleurs. Quand les histoires me gonflent, j’ai la mémoire sélective et fort courte. Je me souviens juste d’avoir conclu par un « si tu ne veux pas être emmerdé par des plans cul stupides, essaye de t’entourer de gens intelligents ». Je crois qu’il a dit quelque chose comme « j’ai du taf là, bisous » et a raccroché.

Dix secondes après, le téléphone à résonné. J’ai décroché par un « tu as oublié de me dire quelque chose ? » Et j’ai entendu le rire tonitruant de M6 (oui, je n’en avais plus reparlé depuis un bon bout de temps… Mais M6 a des gènes de revenant… C’est congénital chez lui et périodique.

« Tu as l’air bien énervée M’Eca ? Qu’est ce qu’il a fait pour déclencher ta colère le pauvre ?

– Non tu rigoles, ça fait bien longtemps que je ne me mets plus en colère, bien longtemps qu’il ne me mets plus en colère !

Alors, je lui raconte toute l’histoire. Après tout ce n’est pas comme si je ne venais aps de la raconter à mon amie pendant le déjeuner. Ce n’est pas comme si je n’en avait parlé à personne te que je ruminais mes questions en moi-même sans avancer.

M6 éclate de rire. « Allez je t’offre un café, tu es dans mon quartier ! »

Non, merci tu es mignon… Mais là, je ne suis pas d’humeur…

Non, je ne suis pas d’humeur.

Boulet

– Allez ma chérie, viens voir là, et prends tes dents !
– (regard interrogateur)
– Oui, ce matin, j’ai jeté un œil sur ton PC et vu le mail ouvert
– Le mail ?
– Celui où tu demandes un conseil pour ton nouveau blog…
– (oup’s merde, chier, bordel à queue de merde –oui, je suis assez grossières dans ma tête dans le flag’) ha, heu, oui, mais tu n’as quand même pas pris ça au sérieux ?
– Mais  non, ça m’a fait rire, j’ai encore assez d’humour pour en rire
– (…) ha ha ha !

Boulet…

Pour ceux qui n’ont rien suivi, le mail en question, envoyé au « copain-au-plan-cul » (qui d’ailleurs ne l’est plus, pas copain, mais n’a plus plan cul (enfin, until next..), comment je vous ai perdus ? allez, appelons-le x, X1 même !) Or donc pour ceux qui n’ont pas suivi, le mail à X1 s’achevait par un brillant et drôlissime : « …woué, je sais, ce n’est pas l’activité la plus palpitante que je puisse te proposer… surtout qu’en plus, je ne suce qu’avec les dents ^^ »

Ta gueule M’Eca, putain, mais ta g… quoi !