Wiki

Charybde et Scylla sont deux monstres marins de la mythologie grecque, situés de part et d’autre d’un détroit traditionnellement identifié comme étant celui de Messine. Le premier étant un tourbillon, le second un écueil. Les marins qui cherchaient à éviter le premier allaient périr en s’écrasant sur le second. (Wiki source)

L’expression «tomber de Charybde en Scylla» est utilisée depuis le quatorzième siècle mais ses origines remontent à l’Antiquité. Certains ouvrages mentionnent que Charybde et Scylla étaient des personnages de la mythologie grecque.
Charybde, fille de Poséidon, a été punie pour sa gloutonnerie et vivrait depuis sur un rocher du détroit de Messine. Scylla, est une jeune fille que la magicienne Circé, sa rivale en amour, a transformée en monstre. Elle a un corps de femme, mais de son aine jaillissent des chiens furieux qui dévorent tout. Elle est aussi installée dans le détroit de Messine et elle dévore les proies qui ont échappé à Charybde, à qui elle fait face.
D’autres ouvrages sont moins fantaisistes et nous apprennent que Charybde et Scylla sont tout simplement deux dangers du détroit de Messine, le premier étant un tourbillon et le second un écueil. Les marins évitant le premier allaient inévitablement périr en s’écrasant sur le second.
Une autre version nous dit que Scylla était une créature monstrueuse à plusieurs têtes et que Charybde était un monstre qui, trois fois par jour, aspirait dans d’énormes tourbillons les eaux du détroit avec les bateaux qui s’y trouvaient, puis les recrachait. On dit que dans L’Odyssée, Ulysse, venant à peine d’échapper au chant des sirènes, doit tenter de se glisser entre ces deux grands dangers. Il y a toutefois perdu six compagnons, dévorés vivants par Scylla.
Peu importe la version que l’on retient, ce sont les dangers de la navigation qui sont évoqués. Si on échappe aux tourbillons de Charybde, on risque de se fracasser contre Scylla.

Si l’expression est avant tout très littéraire, on la retrouve parfois dans des écrits journalistiques ou universitaires. Même dans le langage courant, il arrive d’entendre l’expression «aller de Charybde en Scylla» pour remplacer «aller de mal en pis». Dans ce cas, il s’agit d’une extension de sens qui s’écarte un peu de la définition originale associée à l’expression.
Un mot enfin sur la prononciation de cette expression et particulièrement des deux noms propres qu’elle contient. Charybde se prononce tout simplement «ka-rib», le «d» étant muet et le «ch» initial étant en fait le son «k», comme dans «chorale». Quant à Scylla, on prononce «si-la», tout simplement. Ce qui donne: «tomber de ka-ri-ban-si-la».
Voilà. Maintenant, vous pouvez l’utiliser sans problème et épater toute la galerie!
(source Martin Francoeur –l’express)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s