Migraine

Ça vient de me prendre, là, il y a quelques minutes : mal de tête. Comme une casquette en plomb qui me descendrait sur les paupières…. Comme une envie de dormir, de laisser tomber ma tête et le reste.
Je compulse le calendrier des semaines à venir. Je ne sais pas comment je vais m’organiser pour tout faire. Il y a cet aller retour aux VP à caser je ne sais quand, mais avant la fin du mois, avant la fin du joli mois de mai.
Ça aurait été bien de faire ça cette semaine… Mais non… Rien ne sera prêt, et au final tant mieux au vu de ce rdv qui est venu s’immiscer hier pour demain…

Tout ça me stress, me gonfle, ma gave. Au sens propre comme au figuré.
– maman, c’est pas bien démanger trop de bonbons…
– tu as raison mon chéri… J’arrête…
Mais ma main plonge encore et encore dans le bol, les petits papiers rouges et jaunes de cumulent…
– maman, tu a dit que tu arrêtes…
– (soupir… )

Il a raison.

20140521-140020-50420397.jpg

Publicités

Inextricable

Est ce que je vous ai dejà dit que j’en avais marre des parents d’élèves ? Oui ? Ok, je radote alors..
Trois ans bientôt que j’ai endossé la présidence de l’assoce. La première année c’était un peu chaud pour la découverte du truc… La deuxième année, un peu mieux côté maîtrise. Cette troisième année je me sens un peu essoufflée.
J’aimerai bien que quelqu’un prenne les rênes, et que je puisse passer à autre chose. Mais voilà : personne n’a envie de s’y coller. Ou alors çelui qui reprendrait bien la chose à de grands enfants au lycée, est donc loin très loin des problématiques des écoles élémentaires… Et ça, ça m’ennuie un peu, surtout avec la réforme en cours….
Autre chose qui m’ennuie aussi : lâcher quelqu’un sur les problématiques de la réforme des rythmes alors que j’ai tout géré depuis deux ans…
Allez un bref instant de sincérité : pourquoi ça m’ennuie ? Parce que je pense que mes idées sont bonnes et que je me sens la mieux placée pour les défendre. Aussi parce que je ne suis pas certaine que l’alignement n’évolue pas avec quelqu’un d’autre.
Vous ai-je dit qu’à un moment j’ai sérieusement pensé à mettre mes enfants dans le privé pour ne plus avoir à gérer ça ?
Bon il y avait d’autres raisons aussi, mais celle ci en faisait partie….

Bref, pas tout à fait prête à lâcher, tout en en ayant marre, mais pas tant que ça quand même….

Et pourtant… Ce soir réunion de parents pour définir la position de notre assoce vis à vis des nouveaux scenarii proposés.
Demain matin, médiation entre parents et équipe enseignante dans une école maternelle.
Jeudi, réunion avec les élus sur les activités qui seront proposées….
Etc etc….
Ça ne s’arrête jamais !

Je suis comme les enfants, je compte les semaines qui nous séparent des grandes vacances. Hâte de faire ce vrai break.

Parentalité

En ce moment c’est tous les jours.
Tous les jours qu’il me cherche et fini par me trouver.
– change de pantalon, celui ci est troué
– non mais papa m’a dit que ça allait
– papa n’a pas vu le trou, va changer de pantalon
Il souffle, soupire, semble accablé. On pourrait croire qu’il n’a pas d’autre pantalon.
– je peux mettre un survet´ ?
– non, on va au restaurant, pas au sport
– et alors ? Pourquoi je peux pas mettre de survet´?
– parce qu’on va dans un bon restaurant, et que pour celà on s’habille bien
– bin c’est bien un survet´
– non.
Il traine, soupire, rechigne, m’énerve, me cherche, me trouve…
J’en ai ras le bol de ces disputes quotidiennes. Je n’en peux plus, je ne sais plus comment le prendre. J’ai essayé la gentillesse, la sècheté, la menace, l’explication, la négociation, l’indifférence, les cris, les sanctions… Rien ne marche. Il a toujours réponse à tout, il a toujours le mot précis, l’attitude provocatrice, la moue dédaigneuse qui va me faire sortir de mes gongs.
Et puis il va revenir, doux comme un agneau : « pardon maman cherie » et moi je fonds, je pardonne, je l’aime à nouveau.
Il m’énerve. Je n’ose même pas imaginer ce que ce sera à l’adolescence…