matins

C’est souvent à cinq heures, cinq heures du mat´.
Je ne dors plus. Pipi ? Au cas où, je tâtonne jusqu’aux toilettes, yeux mi-clos pour ne pas trop me réveiller. Puis je retourne me coucher. Me glisse sous la couette jusqu’à trouver le corps chaud, enlacer le torse, caresser la peau. Ce contact m’apaise, et souvent, je me rendors. Pas lui.
Quand il part travailler, je dors profondément.

C’est le bruit des enfants qui me réveille. Eux se lèvent toujours de bonne heure, presque toujours de bonne humeur. Ils se lèvent, s’habillent et commencent à jouer. C’est à ce moment là que je me réveille.

Petit déjeuner, école, retour à la maison. Parfois avec une copine pour un deuxième thé. J’ai arrêté le café depuis que j’ai fait dix-huit de tension… Flippe. On papote de tout de rien. De ce qui nous tient à cœur. À mi mots, ou à mots couverts. Pudeur. Parfois on se confie. Avec le temps, la copine, voisine est devenue une amie.

Après, le matin peut commencer.
Après je dépile les mails, réponds, parfois ou souvent.
Après je bosse un peu.
Parfois…

2 réflexions sur “matins

  1. Cristophe dit :

    Continue, tu vas éviter les dix-huit de tension. d:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :