Je suis une fille super(ficielle)

ça veut dire quoi le ziguouiguoui sur le carré ?

Je suis ravie. Hier en rangeant un tiroir de salle de bain, je suis tombée sur un vieux bracelet. Un truc tout noir, un truc que je connaissais depuis longtemps –oui, ça fait des années que je le vois régulièrement trainer dans ce tiroir de salle de bain. Et là, je ne sais pas pourquoi, j’ai eu envie de le porter. Peut être parce que c’est l’été, et que je suis à fond dans le bracelet brésilien et autres pacotilles à enrouler autour des poignés… Il était un peu crado, tout noir et plein de poussière, alors je l’ai lavé. Et quelle ne fut pas ma surprise de constater que sous le noir, le métal existe… Un métal argenté, de l’argent ?

Il est beau et je l’aime d’amour. Du coup, je n’ai plus de velléités de bracelets brésiliens, je suis passée aux bijoux anciens berbères…

(et on reprend tous en cœur : « il m’en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux…)

Loreileï a un mari (enfin, mari… mari comme de par ici, un conjoint disons). Appelons-le Marcel.

J’ai demandé à Marcel de me repeindre deux demi pans de murs (oui, le reste a un joli papier peint fin 19ème que je voudrais épargner). Deux demi pans de murs… ca va chercher dans les combien de mètres carrés tout ca ? Allez, un mètre cinquante, sur trois mètres de haut ? deux fois ? allez… vingt sept mètres carrés… Bin vous savez depuis quand il y est ? Jeudi ! Oui, jeudi, vendredi, samedi et encore aujourd’hui… Quatre jours, et c’est pas fini… « je vais attaquer le bleu là… vous auriez pas un bâton pour mélanger ?

– Heu… non, pas là (suis occupée en engueuler mes gamins qui ont encore balancé les ballons dans le précipice… dix minutes que je leur ai donné… Neufs d’aujourd’hui !) ( si quelqu’un veut ouvrir un magasin de vente de ballons en bas du précipice, le stock est déjà en place… Bon endroit, bel emplacement… Je vous rappelle que le pré en bord de rivière vient d’être fauché par monsieur Monpré)

– Ok, je vais en chercher un dehors…

Pas le temps de lui dire, que pour un petit pot de peinture, il suffit de le secouer… Il est déjà parti méditer à la recherche du bout de bois approprié, fumer sa clop, flânez…

Il est comme ça le Marcel, un peu lymphatique… Celle qui bosse c’est Loreileï… Et moi je soupire et je désespère de voir cette pièce enfin finie, ne plus avoir d’allées venues dans mes couloir, de Marcel en quête de je ne sais quel graal qui lui permettra d’aller faire un tour au QuiTrouveTout Matériaux, et taper la discute…

Pourtant, je l’avais prévenu, je ne le paye pas à l’heure… Faut p’être que je le lui rappelle…

Vingt-sept divisé par quatre, ça fait combien déjà ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :