Bonne (avec un C comme conne…)

Finalement, je suis trop trop trop conne. Me voilà à lui avoir dit oui. Au bout d’une cinquantaine de SMS, je me lisais lui dire « ok, mais si elle ne vient pas, tu repars »
– je partirais en stop
(oui, il est tellement près de ses sous que la semaine dernière alors qu’il m’expliquait qu’il n’avais pas un rond pour se faire épiler –comprendre pas un rond non plus pour s’acheter un billet de train, et la il vient de mettre cent cinquante euros dans une salle de sport oú il ira trois fois… Allez comprendre l’incohérence masculine ! Enfin, masculine… De ce mâle là en tous cas !)
– je te déposerais sur la nationale…

Voilà. C’est ainsi que le mal à été fait.
Voilà. C’est ainsi que je me suis faite avoir. Quelque part, j’avais accepté qu’il vienne, même si ce n’était que pour une nuit… Fait chier !

Ce matin, je me réveille d’une nuit trop courte avec une certitude : je ne veux pas de lui ici. Je ne veux pas de sa présence en ces lieux.
Je ne suis même pas son amie, il n’est même pas le mien.
À Paris, pour un dej’ de temps à autres, il peut faire illusion. La plupart du temps on discute sur gtalk de banalités. De sa « copine » fantomatique qui depuis est devenue ma copine. Enfin ma copine entre guillemets…
La dernière fois qu’on s’est vus remonte à plusieurs semaines, voire mois. Il avait fait l’ado autiste chez nous –comprendre face à mari, famille enfants. Au point qu’ils m’avaient demandé ce que je foutais avec ce tamagoshi …
La dernière fois qu’on devait se voir, un déjeuné près de son lieu de travail, il m’avait décommandée alors que j’étais en route au prétexte qu’il avait un pot de boulot, et qu’il craignait de ne plus avoir faim… enfin s’il arrivait à accéder au buffet… Il ne pouvait donc pas me dire s’il voulait déjà avec moi, ou s’il préférait reporter. J’avait choisi pour lui : VTFF !
Entre temps, il avait expliqué à une copine ce qu’il pensait de moi : « M é est une obèse immonde… »
Ok…
Et moi, je devrais me faire chier pour qu’il vienne squatter chez moi ? Zéro envie.

Je prie pour qu’elle décommande avant qu’il ne soit dans le train, ou au pire avant le premier arrêt, voire le deuxième…
T’avais pas un plan cul à Lyon ? Oui, tu sais, celle que tu surnommais « l’autiste » (oui, ce type est un homme charmant…) Ainsi tu n’aurais pas tout perdu de ton voyage ?

Et la je vous vois derrière vos écrans ricaner : « M é, que fais tu avec ce tamagoshi ? »
Je n’ai pas de réponse. Des fois je l’aime bien. C’tout.

6 réflexions sur “Bonne (avec un C comme conne…)

  1. Cristophe dit :

    Moi non plus je n’ai pas un rond pour me faire épiler.
    En fait, même si on me proposait une épilation gratuite, je n’en voudrais pas, laissez-moi mes poils ! Je m’épile seulement la taroupe de temps en temps, rarement.

  2. Quadramatique dit :

    Je ricane: M é, que fais-tu avec ce tamagoshi?🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :