Archives Mensuelles: mai 2012

J’m’ennuie

Je sais, c’est moche de dire ça, mais la vérité c’est que je m’ennuie. Enfin non, je ne m’ennuie pas au quotidien, je sais m’occuper (et pas qu’à jouer à diablo ^^), j’ai des journées bien remplies… Mais je dirais plutôt que je m’ennuie dans ma vie.

–          B ‘alors M’é ? Qu’est ce qui se passe ? Tu as pourtant tout pour être heureuse et même plus !

–          Mouais… mais non…

–          Tu as un mari extraordinaire et qui t’aime de façon inconditionnelle malgré le fait que tu sois une chieuse congénitale…

–          Mouais…

–          Tu as deux merveilleux enfants, normalement intelligents, normalement constitués, et normalement remuants

–          Mouais, remuants…

–          Tu as un joli pavillon de banlieue, bientôt deux chats, toujours pas de chien, un monospace familial, une maison de campagne, un dressing bien garni, une collec de sacs à mains, autant de pompes… que veux-tu de plus ?

–          Non, franchement matériellement, tout va bien. tu oublies la cheminée fraichement commandée, et la terrasse en bois exotique en presque-construction.

–          Alors ?

Alors, ça ne suffit pas. Le côté matériel contribue certes à un bien être général, mais ça ne fait pas tout. Cette aisance me permet au quotidien d’assouvir des envies mode, déco, sorties etc… Mais je crois qu’il me manque un projet perso. Un projet perso à moi. Quelque chose qui me fasse vraiment vibrer, qui me donne l’envie de me lever chaque matin, et surtout de ne pas remettre tout au lendemain.

Mais un projet… Un projet ? Quoi comme projet ?

Pas le truc qui dit que je vais ratiboiser le jardin pour faire une terrasse, pas sle projet d’aller faire les ventes VIP de Dreyfuss la semaine prochaine, pas le projet d’organiser une putain d’AG à mon association… Non, un vrai projet. Un boite, un livre, un projet humanitaire… Que sais-je ? UN projet d‘envergure, voilà e qu’il me faut.

Mais pour un projet d’envergure, il me fait un/une associé/é. Quelqu’un qui me reboosterait les jours de doute, quelqu’un avec qui réfléchir à deux… notamment à une idée concrète…

J’ai deux ou trois proches potentiels pour ce genre de rôle… Reste à concrétiser…

Tiens voilà un projet : concrétiser l’idée d’un projet ^^

Bon, pour fêter cette synapse neuro-neuronique, je vais dégommer quelques montres sur D3 J

(nan, franchement, M’é, tu déconnes là…)
(je sais…)

No life, No sex

Je délaisse mon blog. Je suis absorbée par le monde virtuel de Diablo. J’ai joué 4 jours d’affilés. Le soir quand je fermais les yeux, je voyais des potions de santé à attraper… J’ai en tête les petites phrases répétitives et énervantes de ma sorcière… Ainsi quand elle dégomme un paquet de monstres sans prendre un coup elle dit « je suis vraiment trop forte… » ou quand, au contraire, elle va mourir : « j’ai pris un coup… ». De toute façon après cette phrase-là, on a rarement le temps de lui faire reprendre une potion de guérison… Bref.

Allez je vous fais grâce des petites discussions avec son compagnon (un templier, ça en jette hein ?) sur la peur au combat ou le traitement des criminels dans leurs différentes contrées… Faut dire qu’après plus de quarante heures de jeu, on trouve tout cela un peu répétitif…

J’avoue, je ne suis pas une vraie nolife… Et puis faire la nolife des soirées entières c’est sympa, mais quand on a traqué le démon pendant des heures, la libido est en berne, et le repos du guerrier n’a rien de sexuel…

La libido, tiens, en voilà un sujet d’actualité, ou de non actualité. De non actualité, c’est bien le problème… En ce moment, mon homme, cet astre, est (rayer la mention inutile) fatigué, malade, stressé, absorbé par Diablo 3, par son nouveau job … (non, ne rayez rien, il est tout ça à la fois). Et du coup, il n’y a pas que le sexe qui en prend un coup. La communication aussi en prend un coup. Mais c’est peut-être l’absence de sexe qui fait que dès qu’il me dit quelque chose, je le prends mal. Oui, vous savez, le syndrome de la nana mal baisée ? Voilà, c’est celui-là qui rend les femmes agressives et acariâtres…

Nous sommes deux ombres qui se croisent et se décroisent dans une maison que je m’efforce de maintenir habitable… Habitable malgré ses chaussures qui trainent partout, malgré sa veste de costume qui voyage d’un canapé à l’autre sans jamais passer par la case cintre plus penderie, habitable malgré les papiers qui s’accumulent (oup’s les impôts), les bouteilles d’eau vides qui trainent là où elles se sont vidées, la vaisselle qui ne va pas toute seule dans le lave-vaisselle (saloperie de vaisselle ikea qui ne sais pas s’auto laver et s’auto ranger !) (tiens, ça me fait penser que les assiettes en carton, c’est pas mal non plus… même si c’est pas très écolo…), et qui forcément n’en sort pas non plus, le linge sale qui s’accumule, le linge propre qui s’accumule, le linge repassé qui s’accumule aussi… Bref, le bordel de la maison est en accord avec le bordel de mon couple… Et je tente désespérément de maintenir tout ça à peu près habitable…

Désespérément.

Nolife

Quatre jours. Depuis le quinze mai, ça fait quatre jours… (non cinq en fait, car c’est comme l’histoire des arbres plantés su l’allée, on compte un de plus…) (mouais, bon bref, je me comprends)
– oui, mais, aujourd’hui commence à peine, tu le comptes quand même ?
– ha oui, c’est vrai, bon alors, ça ne compte pas !

Quatre jours donc.
Quatre jours que je joue à Diablo 3.
Bien woué.
Et même pas honte.
Enfin, si, mais très peu… Surtout par rapport aux enfants…. Comment leur expliquer qu’il ne faut pas qu’ils jouent à la Kinnect, ou à la DS alors que leurs nolife de parents lancent leur jeu de bagarre ultra violent (oui, le sang gifle des monstres, les membres volent….) dès qu’ils ont le dos tourné…
« mais oui mon Loulou tu peux descendre jouer à la cave » –salle de jeu quand même… On est pas chez Diablo non plus, pas encore… Énorme !

Bon alors, je vous raconte : je suis une Sorcière, et je commence à être carrément forte (qui a dit « on le savait déjà que tu étais une sorcière ?) mon doux chéri est un Moine (lol) et on dégomme des méchants pendant des heures qu’on ne voit pas passer…
Heureusement qu’on a des enfants, et que ça nous oblige à sortir de la tanniere, et à manger aux heures où on doit manger (enfin presque), parce qu’on pourrait bien y passer 80 heures sur un week-end end de quatre jours….
Je sais ça craint. Mais en attendant, je ne pense plus à l’Autre, ni à aucun, je ne relève même plus mes mails, je ne blogue même plus…. Je sais, ça craint pour le blog, mais là, là au moins je donne signé de vie 🙂
Non, je ne suis pas morte ! Car même ma sorcière à la faculté de ressusciter 🙂

Aller, j’y retourne…
(de toutes façons, quand j’aurais fini, je passerai à autre chose, alors autant me dépêcher de finir… Non ?)