Feu sacré

20120420-132954.jpg D’habitude, ici, j’avais le temps et surtout l’envie d’écrire. Chaque matin, assise à cette même table, une tasse de thé ou de café à portée de main, j’avais envie, j’avais besoin d’exprimer mes pensées de la nuit, mes impressions du réveil, mes sensations de la veille… Chaque jour, il suffisait de m’assoir à cette table, poser ma tasse sur la toile cirée, ouvrir l’ordinateur, et laisser libre cours aux mots.
Aurais-perdu l’habitude, ou serait-ce autre chose ? En tout état de cause, il y avait quelque chose qu’il n’y a plus.
Il y avait l’été qui s’écoulait en pente douce, au rythme des amis de passage et des invitations. Il y avait les enfants, les miens et ceux des autres. Bruits perpétuels de vélos à roulettes et de tracteurs à pédales, quelques pleurs, parfois des bobos.
Dans cette agitation, j’aimais mon moment de tranquillité, le matin, quand tout était encore paisible….
Il y avait Lorelei, et son bon sens issus de la terre. Sa naïveté aussi.
Il y avait les X, il y avait l’Autre.
Il y avait l’Autre surtout, et ses mails délicieux. C’était le temps où on se découvre, on s’apprivoise. C’était le bon temps. C’était l’époque ou le virtuel était roi. Où on était n’importe qui du moment que subsistait l’interactivité. C’était avant.
Je me dis souvent, que ma première erreur à été d’accepter le rendez vous. Les choses auraient dû rester comme elles étaient. Rien de plus.
Le virtuel est fait pour rester comme tel, la réalité, la triste et sévère réalité est ailleurs.
Je crois que c’est ce cocon qui me portait, qui me poussait à écrire. Être à l’écoute d’un autre démuni de substance pousse à la délicatesse, exacerbe les sens. Ainsi tout me semblait plus beau, puisque je regardais. J’avais à cœur de décrire chaque sensation, chaque auteur, chaque brise. À l’écoute de l’inconnu, j’étais en fait à mon écoute.
Je brulais au dedans sans jamais être confrontée au dehors.
Le dedans devrait rester à l’intérieur, précieux et à l’abris.
Forcer ceci a devenir réel, est une erreur.
Je ne brûle plus, je n’écris plus. Au mieux je raconte les choses. Je ne décris plus mes sens, et ainsi s’éteint le feu, reste des cendres.

6 réflexions sur “Feu sacré

  1. chaourcinette dit :

    On ne devrait jamais sortir du virtuel…pour moi, c’est comme lorqu’on rencontre, on découvre, on tombe amoureuse d’un homme…comme un temps de fiancailles, où tout est possible….où on se nourrit de miettes, où on cavale lorsque le téléphone sonne, où le coeur bat si fort qu’on est sur que les autres l’entendent, où tout est coloré en rose, où on sourit bêtement à un souvenir de l’autre……où on court au rendez vous le coeur battant, l’âme en désordre….
    Où l’on brûle quoi, c’est un feu joyeux, impertinent……après, le feu baisse, et s’éteint…..On a l’impression d’être vide car « le sentiment » de l’amour nous remplissait tellement, que ça fait mal tout à coup de se retrouver sans rien…….

  2. Cristophe dit :

    Je ne regrette pas d’être passé quelques fois du virtuel au réel. Ce fut toujours via la blogosphère.

    Quant au feu qui s’éteint, il est possible que le volcan se réveille.

    • M'é dit :

      ce n’est pas à proprement un regeret en tant que tel. c’est plutôt la nostalgie de ce qui était et qui ne sera plus, le fait que les relations changent fatalement. Je n’aime pas le changement…

  3. Tu racontes l’histoire du livres devenu film ^^

    Parfois, c’est decevant. Parfois encore, c’est ennivrant, ça porte, le realisateur, les acteurs ont su faire d’un livre stimulant pour les synapses un film emerveillants pour nos emotions.

    On a tous un film qui nous a fait vibré, qui n’etait qu’un script, antan.

    Puis, il parait qu’avec des « si », on coupe du bois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :