(trop vide)

J’ai arrêté de mater à la piscine. Il était 17h35. Notez bien l’heure elle a dit. Alors j’ai bien noté l’heure.

Il faut l’habillez, elle a dit encore. Alors comme une automate, j’ai ouvert son armoire, et laissé ma main glisser sur la rangée de chemisiers en soie, tous biens repassés. J’en cherchais un qui soit clair, qui soit un peu rose, qui soit un de ceux que je savais faisait partie de ceux qu’elle aimait. Un qui ait les manches longues, pour qu’elle n’ai pas froid. Sauf que c’est difficile d’habiller un corps inanimé. Alors, on opte pour des manches courtes, plus faciles à enfiler… Et un gilet, celui qu’elle préférait. Un pantalon noir, un de ceux qu’elle n’a plus quitté depuis le décès de sa fille. –note pour plus tard : on ne devrait jamais survivre à ses enfants.

Je vais enlever la perf, et je dois lui bander la tête, pour lui fermer la bouche, avant que tout cela ne soit trop dur. C’est tellement incongru, tellement bizarre. Aidez-moi, me dit-elle encore. Je me vois faire. Ma reine, mon amour, ma raison d’avoir été ici, encore et toujours.

Elle est habillée, étendue là. Elle dort.

Il faut choisir la boite, trouver le curé, passer l’annonce…

Je ne sais pas comment j’ai réussi à faire tout cela… Je ne sais pas. C’est comme un devoir, comme une commission que je fais pour elle, parce que je ne supporterais pas que quelqu’un d’autre le décide à ma place.

Entre elle est moi, il y a toujours eu cette connexion. Toujours.

La veille au soir, je lui ai dit. Je lui ai dit que je la laissais partir, que je comprenais sa fatigue, qu’elle s’était battue comme une lionne, elle avait tenu, elle m’avait attendu, moi et les enfants. Alors que maintenant qu’elle avait tenu sa promesse, je la laissais partir, qu’elle serait toujours dans mon cœur, toujours et à jamais, qu’elle pouvait se reposer, se reposer en paix. Elle me fixait de ses beaux yeux bleus, si bleus. Après elle a passé une nuit apaisée. Le lendemain elle a dormi presque toute la journée. Et à 17h35, elle a poussé un gros soupir, son dernier.

J’ai ses yeux en tête, son regard dans le mien. Je regarde sa maison, et je ne peux me résoudre à cette coquille vide, si vide, alors qu’elle est encore si vivante en moi.

Cette nuit, je vais essayer de dormir. Cette nuit, elle repose paisiblement entre son époux et sa fille. Cette nuit, tout est fini.

9 réflexions sur “(trop vide)

  1. Reine dit :

    Ta note me fait penser que….
    Il y a 2 ans moins 1 jour, je choisissais ses vêtements dans son armoire.
    Elle était à côté ; on m’avait pourtant dit qu’elle ne serait plus là lorsque j’arriverais.
    Le choc….
    Moi aussi j’ai tout passé en revue pour choisir ce qu’elle préférait.
    Le vert. Ma mère adorait le vert, alors je lui ai choisi un haut vert…. Ultime hommage, ultime plaisir qu’on leur offre et qu’elles ne connaîtront jamais….
    Bin merde je chiale encore.
    Ca s’arrête un jour ?

    • M'é dit :

      Je crois que ça ne s’arrête jamais… Mais je crois aussi que pour faire honneur à leur mémoire, il ne faut pas chialer, mais sourire, leur sourire de tout l’amour que nous avons pour eux, de tout l’amour qu’ils ont pour nous. Sourire aux souvenirs heureux. Des bises…

  2. Cristophe dit :

    Ah… Je te croyais en douces vacances…
    Tu me laisses sans doigt…

  3. ben moi aussi, je croyais que c’était une parenthèse « vacances »…..mais peut être que ce sont tes souvenirs qui remontent…..
    je passe tout doucement, sans faire de bruit….dors bien ….Il y a peu, j’ai vécu les mêmes choses avec ma soeur qui vivait avec moi….c’est toujours là…..
    courage….

  4. caloulaframboiz dit :

    dur de poser des mots sur l’indicible…
    Plein de courage.

  5. charles dit :

    zut…😦
    comme les autres, j’ai mal imaginé ces vacances.
    bon courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :