Je bois

Je bois

De l’eau

Pour ne pas grignoter n’importe quoi.

Je suis dans l’attente, le stress. Je n’aurais pas dû le contacter. Je n’aurais pas dû lui répondre.

Il paraît que l’attente fait partie du jeu de la séduction. En ce qui nous concerne, ce n’est plus un jeu de séduction, c’est un jeu de chat et de souris. Il propose, je dis peut être, pour finalement dire non. Alors il relance, jusqu’au dernier moment, comme pour me faire changer d’avis, alors que j’ai déjà dit non. Il relance comme pour savoir si au final, il a une emprise sur moi. Je ne cède pas. Je suis inflexible, raide, comme la justice… idiote.

Et puis le temps passe. Dans un silence qui soulage. Il égrène de ses nouvelles sur les réseaux sociaux. Je fais ma voyeuse, silencieuse petite souris, jalouse des connes qui se gaussent de ses statuts niais.

C’est toujours la même histoire. Ca fait des années que ça dure, je n’en peux plus !

« Pourquoi tu ne couches pas avec lui » me demande une copine, « ce serait fait, après vous pourriez passer à autre chose ». Alors, non, je ne couche pas avec lui, car je n’ai pas envie de tromper mon mari. Je ne trompe pas, moi. Moi, je suis juste trop conne, si une situation ne me convient plus, je pars. Si je suis amoureuse d’un autre homme que le mien, je le quitte. Pour essayer de vivre avec l’Autre, ou un autre. Mais je ne trompe pas…

« C’est bête, m’a-t-elle dit, comme ça tu ne sauras jamais »

Bin, non, je ne saurais jamais.

De toute façon, j’ai aussi décidé de me le sortir de la tête. Il parait que l’amour dure trois ans, l’Autre a fait son temps.

Si non, pour ceux qui s’inquiétaient de mon abonnement orange, les sms remarchent (pour certains)

Tagué

14 réflexions sur “Je bois

  1. Quelque part, je te comprends🙂
    Et mieux, je trouve ça « bien » de se tenir à des principes.

  2. M'Eca dit :

    Merci ! La volonté de m’en tenir à mes principes est là.. après… « le coeur à ses raisons que la raison ignore » parait-il…

  3. Cristophe dit :

    Si c’est faire selon ta nature profonde et non juste obéir à des principes, chapeau !

  4. oui mais … non :-)))
    je crois bien que l’amour dure trois ans quand il est consommé sans modération, sinon y a un goût d’ inachevé, où l’imagination se régale à broder sans fin, qui fait que ça dure encore et encore. Quant à se le sortir de la tête…hum, c’est comme si une partie du cerveau restait en permanence branchée sur ça….

  5. et tenir à ses principes… j’en ai eu, je me croyais droite et sans compromission, jusqu’à ce que quelqu’un me fasse dérailler complètement. et j’ai découvert une facette de moi que j’ignorais. C’est pas glorieux, mais paraît que c’est humain ^^

    • M'Eca dit :

      Je me suis longtemps dis que je « n’étais fidèle qu’à moi même », me laissant une sorte de libre arbitre incontrôlé… Puis viennes les reponsabilités, de ceux qu’on construits… alors « soi-même » devient un vaste flou…
      Pas glorieux non plus, mais je me cherche ^^

  6. chaourcinette dit :

    ouais………..je me pose la question sur le mot : tromper……………..
    J’ai connu ce genre de trucs platoniques, prise de tête et perte de poids (lol !) ; et dans ma tête je savais que je « le  » trompais….même s’il n’y avait pas l’acte…
    et puis un jour…tu tombes sur l’homme de ta vie…et tu ne te poses plus de questions……tu trompes….avec des remords, avec de l’angoisse, avec la peur au ventre, car l’autre n’est pas prêt à t’assumer toi et ton gamin……et tu vis dans le mensonge durant 20 ans…et tu t’en vas enfin , avec « l’autre »……
    Oui…c’est la vie…et c’est humain….mais si la fierté n’était pas toujours là !!!

    • M'Eca dit :

      OUi, l’éternelle question du « quand est ce qu’on commence à tromper l’autre ? » Les réponses sont autant que de personnes… tout dépend de chacun. La vraie question est « quand est ce qu’on commence à se tromper soi ? »
      Avoir la force d’arrêter de se voiler la face, voir que problème il y a, décider de résoudre le problème, d’une façon ou d’une autre… (Autre ^^)

  7. Quarantaine dit :

    Tromper ça ne veut rien dire.
    On s’appartient, on n’appartient à personne d’autre.
    L’important c’est de ne pas se tromper soi-même.
    L’enjeu c’est d’être vivant.
    Et de ne pas faire souffrir.
    Le pari il est là.
    Etre humain à en vivre, et non assis sur des principes à en crever.

  8. Laurence dit :

    Je connais tout cela. J’ai fait le choix de quitter mon mari parce que je ne me retrouvais plus dans notre relation. J’ai choisi de quitter l’homme avec qui je pensais refaire ma vie parce qu’il n’était pas capable de me dire des vérités (aussi simples soient elles). J’ai… mais je ne voulais tromper personne, être le plus honnête avec moi-même et surtout être en phase avec moi-même. Mais lorsqu’on aime, c’est dur parfois !

    • M'Eca dit :

      Rester droite dans ses bottes est admirable… ëtre fidèle à soi-même, même quand l’Autre est trop lâche pour assumer ses amours… Dur, toujours !

  9. charles dit :

    se sortir cela de l’esprit, humm je crois que ce sera une lutte difficile. il faudrait d’abord couper les ponts. mais dur à faire parfois.

    • M'Eca dit :

      Les ponts se coupent et se refont… en fait, c’est qu’ils ne sont jamais totalement coupés…
      Même si je les coupe « directement » j’ai toujours des nouvelles par des amis communs… Je crois en l’effort intellectuel de l’oubli… (de la volonté de… en fait)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :