Bad

Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé, toute vraisemblance des fait serait purement fortuite, puisque j’ai tout inventé.

L’autre jour, enfin c’était hier, elle m’appelle pour me demander d’arrêter d’avoir des « relations » avec son amoureux.
–          Peux-tu expliquer « relation » ?
Elle est en pleine crise de paranoïa aigue, elle doute de tout, de son « amoureux » qui la trompe, de moi, son « amie » avec qui il la trompe.
–          Vous êtes tellement proches qu’il ne peut en être autrement. Il y a forcément quelque chose entre vous.

Il y a…
Oui, il y a … il y a  cette étincelle inexplicable… celle qui m’intéresse et qui donne aux choses et aux gens leur raison d’être là.
Il y a … Il y a aussi ce qui se passe avec elle, entre elle et moi, entre elle est lui… Miracle ou poésie.
Il y a ce qui se produit par friction, par fiction et qui uni.

 Comment lui expliquer. Entre menaces de folie, et douceur d’amie, les minutes longues s’écoulent. Elle a les larmes au bord des cils, j’oscille entre colère et mépris, entre pitié et amitié.
Elle m’a apporté un cadeau. Comme si elle m’en voulait de coucher avec son « amoureux » sans pour autant vouloir mettre un terme à notre « amitié »
« Je suis jalouse » me souffle-t-elle. Jalouse de quoi ? « Jalouse de tout ce que tu as, en plus de ce que tu es pour lui, que je ne suis pas ». Mais tu es plus que tout ça pour lui, et en ce qui concerne ce que j’ai, je l’ai construit, petit à petit, avec patience et temps… Tu peux en faire autant. Avec lui.

 L’entrevue est rapide. Un millième café, un Perrier. J’aime le Perrier quand les situations sont tendues. Les bulles le citron, sont autant de raisons de jouer avec mon verre, autant de prétextes à occuper mes mains.
Je ne sais pas si elle m’a cru, ou si elle a accepté les faits qu’elle a imaginés.
Je suis repartie mal à l’aise. De ses mots, ses maux. Il y a toujours un fond de vérité, m’a-t-elle dit quand je partais. Je ne sais pas sur quoi je me base, mais il y a, ou a eu  quelque chose entre vous.
« Non, vraiment, tu te trompes… » et je repense à x1…
 Je suis en bad.

Tout à l’heure, l’école m’a appelée. Mon petit a (encore) eu un accident dans la cours… Peut-être le nez cassé, il faudrait peut-être faire une radio… Ok, je vais le chercher…
Je suis en worst.

Tagué ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :