Une bulle

Je voudrais être dans une bulle. Fichez-moi la paix !

 

Il me gonfle, il me gonfle. Il est morose, chiant, pénible. A peine quelques jours ici, et déjà il me gonfle. Il a viré la femme de ménage, mais pas son bazard. Sous prétexte qu’il travaille, qu’il a du boulot, je devrais être sa bonne, sa nounou, sa cuisinière, sa repasseuse, sa jardinière. La responsable du classement de ses papiers, sa conseillère, celle qui organise les sorties et les vacances, celle qui s’occupe de la révision de sa voiture, et de son contrôle technique…. et sa femme, son amie, sa maitresse. Sa maîtresse, j’ai pas envie.

Il me saoule, il me saoule.

Il invite ses copains, je dois gérer les courses, et la bouffe, le vin et les grillades. Me souvenir que Pierre ne mange pas de tomates, et que Pauline n’aime pas les poivrons. Jacqueline est enceinte, et ne mange plus de crudités, son compagnon n’aime pas les fraises, et Fabien ne mange pas de fromage… Ha bon ? On ne peut pas faire de raclette – salade de fraises ? Bin non. Ni de poivrons grillés, ni de tomates-mozza… La prochaine fois, on va au resto, et chacun prend ce qu’il aime. Ou chacun vient avec son Tupperware… autre concept du pique-nique.

Il gueule sur les mômes, mais s’ils font des conneries, c’est de ma faute, après tout c’est moi qui m’en occupe, qui les éduque. Donc s’ils font des conneries, c’est que je les éduque mal. Une évidence, je suis une mère laxiste. Et en plus j’ai une vie à part la chair de ma chair… Mère indigne ! J’ose avoir une vie, essayer d’en avoir une.

 

J’en ai marre.

Il y a des jours, la vie de couple, ce Graal, bin je le donnerai bien à qui n’en veut. J’échangerai bien mari, maison, enfants, contre deux semaines de liberté, sans mari, sans maison, sans enfants. Surtout sans mari. Surtout sans mari stressé par un boulot qui le stresse, qui l’angoisse, qui le bouffe. Deux semaines…

Je viens de passer deux mois sans mari. Sans mari, hormis une trois jours pour le 14 juillet, quatre jours pour le 15 août, et le week end avant la transhumance de rentrée… Autant dire deux mois seule. Seule avec les petits. Les petits pas si petits. Alors ? Alors c’était bien. Quand il est arrivé, on s’est demandé eux et moi pourquoi est-ce qu’il criait quand ils courraient dans la maison, ou pourquoi on n’avait plus le droit de gouter à la piscine, ou pourquoi, encore, on ne pouvait plus aller se baigner à la rivière après 18h, se coucher tard, attendre l’heure bleue… Pourquoi ? Ha oui, parce que c’est bientôt la rentrée, et qu’il faut reprendre le rythme… Ha le rythme… dans ce cas pourquoi le perdre alors ? autant garder celui de l’année scolaire… à quoi bon les vacances ?

 

Je m’égare.

J’en ai marre.

Une semaine, et j’en ai marre.

Seul point positif, je me suis trouvé un cours de natation. Le soir, tard… comme ça au moins il n’aura pas à râler parce que mon activité n’est pas compatible avec son travail et les enfants…

« maman, va nager, et nous on fait quoi ?

–          Je suis là pour vous garder, ne t’inquiète pas, je fais la nounou…

–          …

(pour une fois, j’ai envie de dire… mais je me tais, je tape juste comme une folle sur mon clavier, et j’ai les yeux qui piquent)

 

Une bulle.

Mettre le baladeur sur les oreilles et aller nager, aller courir, aller au diable.

Oui, voilà, je vais au diable.

Tagué , ,

9 réflexions sur “Une bulle

  1. Quadramatique dit :

    Salut, moi c’est le diable, je t’attends *rire démoniaque*

  2. Moune dit :

    ça me rappelle les mois qui ont précédé ma séparation d’avec Premier Mari… On est parti en vacances avec les enfants, et on s’est rendu compte que c’était drôlement bien quand il n’était pas là… Puis en septembre, au beau milieu d’un repas, il a dit un mot de trop. J’ai posé calmement ma fourchette, et lui ai dit : Je veux divorcer. Tu as trois mois pour vider les lieux…
    Et ouf, j’ai pu commencer à redevenir moi-même….

  3. dans quel monde vivons nous…. alors que je rêve d’une vie de famille et qu’avec mes amies nous parlons des heures et des heures de rencontre amoureuse sur loveconfident….

    viens au moins nous soutenir….

  4. Ash dit :

    C’est facile de dire ça après deux mois de vacances alors que lui bossait !
    Pffff !!!

    ( sinon je t’embrasse )

  5. M'Eca dit :

    solidarité masculine…
    (sinon, je t’embrasse aussi)

  6. Ash dit :

    Même pas, juste taquinerie.
    ( le pire dans le quotidien, c’est que c’est tous les jours ! )

  7. Goodbye C. dit :

    Vu comme ça, ça donne vraiment pas envie.
    Pourquoi on aurait pas droit de goûter à côté de la piscine, même si c’est la rentrée ? Si l’école et la maison sont distinctes, ce n’est pas pour des prunes.
    Bon courage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :