Fin ( d’été )

Et puis un soir il a fait orage. Un très gros orage. Et le lendemain matin il y a eu du brouillard. Quand j’ai ouvert la lourde porte de la vieille maison, l’air était froid, plus que frais. Il y avait ce nuage blanc et vaporeux qui floutait la campagne, sur les hautes herbes, les toiles d’araignées étaient couvertes d’une épaisse rosée blanche.

Alors je me suis dit que l’été était fini.

Ça a été comme ça chaque matin depuis. Certes le beau temps est revenu, mais la chaleur n’était qu’au soleil, aussitôt à l’ombre, l’air était frais, le vent aussi. On a arrêté d’avoir chaud, trop chaud. L’ombre a changé aussi. Dès 17h, le marronnier cachait le soleil, preuve que celui-ci avait d’un coup baissé. Oui, d’un coup, presque d’un jour sur l’autre, sans prévenir, sans crier gare.

 

Mes amis d’enfance, ont fermé leur maison, les filles sont venues dire au revoir aux garçons Mon grand m’a avoué en être triste de ces adieux qui ne sont que des au revoir. Mais à sept ans et demi, une année est éternité.

 

J’ai continué à nager. Avec plus d’acharnement. Je suis passée de 2500m chaque matin, à 3500. J’ai aussi rajouté une séance le soir.

Une chance que ce maitre-nageur soit conciliant et veuille bien venir pour huit heures chaque matin, et rester jusqu’à 21h chaque soir…

Je suis rentrée dans ma bulle. J’ai acheté un ipod (qui n’en est pas un, mais sur le principe) pour aller dans l’eau. Je me suis fait un very best of et chaque soir, j’ai nagé avec la musique dans les oreilles. Inside, juste tournée vers moi. L’entrainement était inscrit sur un tableau blanc, en bord de bassin, une ligne d’eau m’a isolé du reste. La marche vers dedans. Plus tard, il a allumé les spots. A l’intérieur du bassin, j’ai choisi violet comme couleur, un effet boite de nuit.

Je me suis dit que je louerai bien la piscine pour y faire une fête. Une fête où chacun nagerait dans sa ligne avec sa musique dans les oreilles, et qu’on boirait du Champomy. Je me suis dit que je n’aurais peut-être pas beaucoup d’amis qui s’éclateraient à ma fête…

Je me suis aussi dit que ‘étais un peu barge…

 

Et puis il y a eu le dernier soir. Où mon mari est venu nous voir nager, les petits et moi. Moi dans ma ligne, les petits dans tout le reste de la piscine. Lui ne s’est pas baigné, il avait « oublié son maillot » et le distributeur de maillots était en panne.

Alors la dame de ménage est venue discuter avec lui :

–          Ils sont devenus très complices, lui a-t-elle dit à propos du maitre-nageur et moi

–          Oui, lui a répondu mon mari, elle a besoin de ça pour se donner à fond

Interloquée, elle s’est barrée.

Ils doivent penser que je me tape le maitre-nageur, cœur à prendre. Ça me fait rire, qu’ils pensent ce qu’ils veulent. On en a ri avec mon mari. Ils doivent se dire que nous sommes des parisiens dégénérés…

Le lendemain, la femme de ménage n’adressait plus la parole au maitre-nageur.

 

Puis il y a eu le dernier matin, comme un barouf d’honneur, un dernier cours qui n’était pas prévu, car c’était le forum des associations, juste une heure, pas plus. Juste lui et moi, juste deux mille mètres, et c’est fini.

 

Là je suis dans le train qui nous ramène à la ville. Fermée la maison, rangé les affaires, démonté le trampo, vidé la piscine (qui semble fuir…). Les kilomètres défilent à toute allure, et moi j’ai du bleu à l’âme, en pensant au bleu de la piscine… quand je lèche ma peau, elle sent le chlore…

 

Demain, retour des enfants à l’école, la semaine va être dure… la reprise va être dure… Pour tout le monde.

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :