Juste bien

Je suis bien. Putain ce que je suis bien. Je suis à l’optimum là. Soleil, transat, piscine. Un bouquin, des magasines, un peu de musique et même le wifi sur la terrasse ! Mais que demander de plus ? Heu ? Vraiment ? Vous voulez vraiment savoir ce qui manque ? Allez, je dirais deux jeunes éphèbes. L’un qui m’apporterait des expressos glacés, et l’autre qui me passerait de la crème sur le dos, les jambes, les bras, les fesses…. Wouuup’s je m’égare… C’est l’effet transat : ça me chauffe la peau et ça fini par me chauffer tout court ! Mais où est donc mon mari ? Ça sert à ça les maris non ? Au golf ? Non, il bosse à Paris au mois d’août… Il en faut…

Vieilles Pierres au mois d’août… Quelques amis de passage, quelques enfants dans le village, pas de sexe. Pouah !
L’autre soir (c’était hier en fait) je m’étais couchée tôt, avec dans l’idée de lire deux ou trois histoires érotiques et de laisser mon esprit batifoler (oui, on dit « esprit » en patois local pour parler de « doigts »…) largement en dessous de la ceinture (un peu au dessus aussi, j’aime bien mes seins). Alors que mes pensées  s’égaraient de plus en plus agréablement, the phone sonne…
C’est idiot ce réflexe de répondre avant de regarder qui appelle… De toutes façons, le numéro était masqué, tout comme l’inconnue derrière le combiné.
– je te dérange ? Que faisais tu ?
– je réfléchissais…
– je peux t’aider…
– mmmm…
– d’abord touche tes seins, voila… Le droit d’abord, sur le bord… Et dis moi comment sont-ils ?
– je commençais a durcir mes tétons juste avant ton appel…
– alors pince les un peu… Et un peu plus fort…
Maintenant, mets un doigt dans ta bouche puis écarte ton minou, est-il un peu humide ?
– a peine…
– alors mets de la salive sur ton doigt et caresse tes lèvres… Vers ton petit bouton. Tu peux faire des petits cercles autour jusqu’à ce qu’il soit bien dur…
– mmm…
– comment es tu ?
– sur le dos, les jambes pliées, un peu écartées…
– mets toi a quatre pattes, écarte bien les jambes et caresse toi. Imagine que je te regarde… Mets un doigt dans ton minou, est-il bien mouillé ? Tu peux faire des vas et vient, tout doucement…
– mmmm
– n’oublie pas ton clitoris, écarte tes lèvres que je le voie bien… Mets un deuxième doigt dans ton minou et enfonce tes doigts le plus loin possible…. Doucement… Tu aimes ?
– ….
A ce stade, c’est un gémissement qui s’échappe de ma gorge pour lui signifier a quel point ses réflexions me passionnent !
– pince-toi les tétons m’ordonne-t-elle… Et accélère les mouvements…
– je suis innondee… Et tres excitée….
– je veux t’entendre !
J’ai accélèree le mouvement et mes hanchent cadencent mes propres caresses, je sens le plaisir monter par vagues successives, je soupire et gémis…
– ne t’arrête pas ! Je veux t’entendre, imagine que je te regarde !
-….
Mon ventre se tend, mon vagin se contracte, je gémis, soupire… Et puis plus rien. Tout c’est passé très vite, sans que je m’y attende vraiment : un orgasme rapide et violent, de ceux qui laissent vautrée, prostrée, froissée, comme des draps blancs en boule après l’amour…
– ça va ?
Sa voix me surprend presque tellement je suis détendue et ailleurs…
– oui, oui… Je vais dormir maintenant…
– d’accord, bonne nuit et merci pour ces réflexions… Moi aussi elles m’ont fait du bien…
– de rien, bonne nuit
Mais déjà mes yeux se ferment, ma tête est vide, je suis bien, juste bien.

Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :