L’ex (Summun jus, summa injuria)

Et puis il fallait que ça sorte. Il fallait que j’en parle, que je verbalise cette histoire. Et son oreille attentive était là. (Merci pour ça, Toi !).
Pourquoi ce boulet de culpabilité ? Mais non tu n’as rien fait de mal…
Non, je n’ai rien fait de mal, ce n’est pas à cause de moi. Ce n’est pas à cause de moi…

Alors, je lui explique. Toute l’histoire. Depuis le premier coup de fil, le premier soir. Je le sens sourire à l’autre bout. Pour lui, c’était évident que l’histoire était engagée… Dès ma première réplique… Curieux qu’il le sache… Pourquoi ? Trop avenante, trop naïve ? Surement… Je suis du style à ne pas voir venir un éléphant dans un tunnel (éclairé, le tunnel, tous phares allumés l’éléphant) (on me dit dans l’oreillette que les éléphants ne portent pas de phares… ha… Voilà pourquoi…).

Ce qui m’attire chez l’ex, c’est cette impression de maîtriser, car je le connais… Je le connais par cœur, je le vois venir… Je sais qu’il est impulsif et coléreux, méchant parfois, sauf avec moi, enfin sauf la fois où… . Et pourtant il continue de m’attendrir, de me culpabiliser, de me complimenter… Certes, il y a ce côté égotique qui fait plaisir : ne pas avoir été oubliée, malgré le temps… Douze ans !

Sauf que… Sauf que moi, je suis passée à autre chose. Lui, il m’a cherchée dans une autre, qui n’était pas moi, qu’il pensait être une moi toute en douceur et tendresse… Mais ce n’était pas moi. Alors ça n’a pas marché. Forcément. Je n’y suis pour rien si son histoire n’a pas marché. Il ne cherchait pas une vraie histoire, il cherchait à reproduire quelque chose qui n’avait pu être.

Aujourd’hui encore, lorsqu’il me demande des nouvelles de mes enfants, je sens quelque chose de bizarre. « M’Eca, ils auraient été magnifiques nos enfants ! » s’exclame-t-il. Ton petit garçon est très beau… d’après les photos que tu m’as envoyé. « M’Eca, tu connais le parc Bidule ?
– Heu… oui…
– On pourrait s’y donner rendez vous pour jouer au frisbee !
– Heu… comment dire… au risque de te paraître pas drôle du tout, je ne joue pas au frisbee…
– Mais si, on s’y retrouverait avec des potes, tu pourras venir avec tes enfants, et on ferait un pic nique !
[Alerte rouge !! Alerte rouge !! à aucun moment il ne parle de mon mari, à quoi joue-t-il ??] Un pic nique ?
– Mais oui !…
Et le voilà qui s’emballe, je ne l’écoute plus, je suis dans mes pensées atterrées : Pourquoi veut-il que je vienne avec mes enfants, qui ne sont pas à lui (et sans leur père), à un pic nique pourri dans un parc minable, avec ses potes borgnes ? Pour générer un ersatz de famille qui n’est pas la sienne ? Pourquoi ne cherche-t-il pas plutôt à faire ça avec son petit garçon et son ex compagne ?

Ah, oui, parce qu’elle n’est pas moi… La pauvre, elle ne connait pas sa chance !

Hier soir, un texto de sa part. Je n’ai pas répondu.

Tagué , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :