Archives Mensuelles: avril 2011

Glamour versus Sexy

-J’adore mes chaussures, en plus je trouve que c’est top avec ce pantalon 7/8 (oui, je suis vraiment très blonde (-asse) dans le privé)
– …
– Non mais tu ne les trouves pas super sexy mes chaussures ?
-Heu…
– En fait tu ne me trouves pas sexy (la blonde s’énerve…)
– Mais si, mais tu mets des chaussures qui vont te démonter les genoux, et ça ce n’est pas sexy ! Commence par prendre soin de ta santé, tes genoux, tes poumons…et après tu seras sexy !
– Nan, mais tu ne confonds pas un peu là : sexy ça n’a rien à voir avec être en bonne santé… (on joue sur les mots là, j’ai une bonne vingtaine de kilos en trop avant d’envisager d’être en bonne santé…) (sujet tabou, omis, oublié)
-Woué, bon…
-Alors, je suis quoi ? si tu ne me trouves pas sexy, je suis juste ton trou ? (oui, le caractère de cochon… je sais…)
– Mais non pas un trou, au moins deux…
– C’est pas drôle, si tu ne me trouves pas sexy, je suis quoi ?
– Tu es … glamour, pas sexy
– ha… (là je suis collée) glamour… et mes chaussures, elles sont comment ?
(il regarde sous la table) (oui, nous en sommes arrivés au café…) Tes chaussures, elles sont glamour…
– Et mon décolté (tshirt Américan Apparel en coton fin, col V) ?
– Ton décolté ? Il est sexy…
– Ha ? (il me perd là…) Et ça ? (je lui montre de mes mains ma tête)
– Ca c’est chic et glamour ! Chic les mains, glamour la tête.
(non, là, je suis définitivement aux fraises…) Je ne comprends pas… Et mon cul ?
– Ton cul, il est à moi !
-… (ok, il a le dernier mot…)
– C’est comme un patchwork en fait…
– je ne te suis pas… explique ? la différence entre « glamour » et « sexy » ?
– alors, tu vois, tu prends au hasard une Ferrari, c’est une voiture sportive ?
– Heu oui ?
– et tu me montre des jantes de 18… Bin oui, ce sont des jantes sportives, mais ce n’est pas parce que tu mets des jantes de 18 que tu as une Ferrari
-Ok, là j’ai compris.

La suite ? Mes chaussures sexy sont remontrées le long de sa cuisse, les mains chics ont fou_llé les poches de son jean, et la langue de la tête glamour (donc glamour elle-même si on considère qu’un ensemble fils hérite des propriétés de son ensemble père) s’est enroulée autour de la sienne…

Sexy : étymologie : De l’anglais sexy, composé de sex et –y. Adjectif : Sexuellement attirant, aguichant. (Par extension) Attrayant. (Mathématiques) Qualifie un couple de nombres premiers, tels que P et P+6 soient tous deux premiers.

Glamour : étymologie : Emprunté au vocabulaire anglais du cinéma hollywoodien glamour. Nom commun, masculin. Charme envoûtant, séduction qu’une actrice de cinéma ou une jolie femme exerce par son attitude et sa tenue vestimentaire.

Source Wikitionnaire.

Publicités
Tagué , , , ,

Boulet

– Allez ma chérie, viens voir là, et prends tes dents !
– (regard interrogateur)
– Oui, ce matin, j’ai jeté un œil sur ton PC et vu le mail ouvert
– Le mail ?
– Celui où tu demandes un conseil pour ton nouveau blog…
– (oup’s merde, chier, bordel à queue de merde –oui, je suis assez grossières dans ma tête dans le flag’) ha, heu, oui, mais tu n’as quand même pas pris ça au sérieux ?
– Mais  non, ça m’a fait rire, j’ai encore assez d’humour pour en rire
– (…) ha ha ha !

Boulet…

Pour ceux qui n’ont rien suivi, le mail en question, envoyé au « copain-au-plan-cul » (qui d’ailleurs ne l’est plus, pas copain, mais n’a plus plan cul (enfin, until next..), comment je vous ai perdus ? allez, appelons-le x, X1 même !) Or donc pour ceux qui n’ont pas suivi, le mail à X1 s’achevait par un brillant et drôlissime : « …woué, je sais, ce n’est pas l’activité la plus palpitante que je puisse te proposer… surtout qu’en plus, je ne suce qu’avec les dents ^^ »

Ta gueule M’Eca, putain, mais ta g… quoi !

Tagué ,

Malaise

Le copain-au-plan-cul va mal. Je le connais assez maintenant pour m’en rendre compte à la teneur de ses SMS, ainsi qu’au rythme de ceux-ci… Alors, je lui propose de se changer les idées chez le jap du coin. De toutes façons je suis dans le coin…

C’est une sale journée de toutes façons. Je commence par me tromper de route. Il y a des travaux, les sens de circulation changent tous les jours. Je lui envoie un message, qu’il recevra 20 minutes plus tard… Je suis au téléphone quand il arrive. Il ne me regarde pas. Quand je raccroche, il crachera « ma mission n’est pas prolongée » en regardant fixement droit devant lui comme pour refouler des larmes. Des larmes qu’il peut verser avec moi, parce que ce n’est que moi…

Il est gris, comme la première fois que je l’ai vu. Cerné, creusé. Ses pommettes sont bleutées de fatigue. J’aimerai être suffisamment libérée pour le prendre dans mes bras et lui dire « pleure ça ira mieux après ». Mais non, je suis de marbre, il m’impressionne. Le passif me bloque.

Trois tour de parking de centre commercial plus tard, toujours pas de place où se garer, alors je décide de l’emmener manger dans la forêt.

Petit restau d’affaires, d’affaires au sens large. Autant de tablées d’hommes à col blanc que de duos illégaux ou pas. Nous sommes un duo, un étrange duo. Je m’en fiche.

« Alors, tes vacances ? » Je lui raconte l’Italie et la côte d’Azur, je soliloque et perd le fil de ce que je dis, je vois bien qu’il ne m’écoute pas, que malgré ses efforts son attention est ailleurs. Alors on passe aux sujets qui lui tiennent à cœur. La fin de sa mission ? à peine… Son plan cul ? légèrement… Sa douce… ses doutes.

Il doute de tout. Va même jusqu’à remettre en cause son existence… Alors je réfléchis, je l’ai eue au téléphone, assez souvent. M’aurait-elle bernée ? La question reste ouverte.

Je suis mal à l’aise par rapport à tout ça. L’ami, la douce, la plan cul, et le tissus de mensonges. Où est ma place dans ce jeu de dupes ?

Tagué , ,