Irl 1

irl_1Des années de blog, et trois rencontres

La première, il y a environ deux ans. Insignifiante. Un garçon avec qui je conversais par commentaires interposés. Le conseil d’une « amie » virtuelle de longue date : « c’est un mec bien, je t’assure, tu ne t’emmerderas pas à boire un café avec lui, il gagne à être connu ». Bah, pourquoi pas ?

Il est dispo, je suis dispo, dans le même quartier, factuellement, pourquoi pas. Je suis rue de Rennes, angle Saint Germain, devant le monop ? 14h30 ? Il est petit, brun, coupe improbable, la petite trentaine. Je propose un café au premier bistrot croisé rue du four. Il est sympa, il est polytechnicien, il est célib, et peut être même puceaux. Nous parlons de nos écritures respectives. Il est dans la parabole mathématique. Fils de profs de math, sœurs, frères enseignants les maths… Lui, X, par son diplôme… Il aurait mieux fait de passer l’agreg et d’enseigner… Notre conversation tourne à sa passion : « et toi ? ta thèse ? »

   Processus stochastiques contrôlés… Markov, Erlang…

 – ha oui, super !

Son regard s’est illuminé, il s’anime : « as-tu travaillé sur les signaux aléatoires ? »

 Non, plutôt sur la construction d’estimateurs de Bayes et Fisher…

Et le voilà qui s’anime, et s’emballe dans les propriétés des Gaussiennes, de schémas Markoviens etc…

Je baille intérieurement. Tout cela est vieux pour moi, passé, dépassé, trépassé… et je n’ai jamais soutenu ma thèse. On ne soutient que ce dont on est convaincus… Et je ne me suis jamais servi des connaissances que j’ai pu avoir sur les Processus Stochastiques… Je me souviens même de la tête de la fille de la DRH, chargée de me recruter chez un pétrolier, en entendant ce mot barbare. De la rondeur se ses yeux écarquillés lorsque j’ai tenté de lui expliquer « vulgairement » de quoi il s’agissait…

Aujourd’hui, c’est moi que ça ennui. J’ai hâte de passer à autre chose.

IRL- 1 est gentil, gentiment ennuyeux. Je comprends qu’il soit encore –et toujours, célibataire… Il se trompe de quête, ce n’est pas une nana qu’il recherche, mais une Gaussienne…

Nous ne nous sommes jamais revus. Nous conversons toujours via commentaires interposés. Mon « amie virtuelle » ne m’en a plus reparlé.

 

Peu de temps après j’ai accepté de rencontrer « l’Autre »…

(oui, c’est du teasing, stay tuned)

Tagué , ,
%d blogueurs aiment cette page :