Des nouvelles de X-je-ne-sais-plus-combien

05_1121Je vous avais parlé cet été de ce X-ami d’enfance, perdu de vue, retrouvé, revu qui m’avait laissé entendre une forte attirance à ma personne, et ce depuis les premiers émois de l’adolescence… Et bien, je l’ai eu hier au téléphone ! Appel au subtil prétexte de prendre des nouvelles de tout le monde, qui a duré plus d’une heure ! Depuis le Moyen Orient, bonjour la facture ! J’espère pour lui que ca Pétro-boîte lui paye le téléphone !

Encore un mec que j’ai du mal à comprendre. La petite quarantaine, blindé de thune, expat dans un émirat ou sultanat ou truc-du-genre… Bon job, bonnes amitiés, il pourrait avoir tout ce qui lui plait sur place. Alors, why me ?

A la fin du coup de fil, c’est limite s’il ne m’ennuyait pas… impressions de déjà dit, toujours les mêmes conseils, les mêmes propositions, les mêmes sous-entendus.

Quand on s’est retrouvés, il y a deux ans, j’étais super contente de le revoir. Limite frustrée de nous croiser si peu de temps.
L’été dernier, nous nous sommes plus longuement revus. Une soirée arrosée, et il est devenu border line. Mon mec, absent, son comportement m’avait plus amusée que gênée. Puis à la fin de l’été, il avait été plus qu’explicite sur ses intentions : « viens me voir là bas, viens aves tes enfants, tu verras, c’est une vie qui te plaira ! » Lol ! Oui, LOL ! Même pas en rêve de mets les pieds dans un pays dirigé par la sharia ! Même pas en rêve se sépare les enfants de leur père !

C’est marrant comme posé ainsi le problème me semble évident.
Transposé à l’Autre, il devrait en être de même : Même pas en rêve je sépare mes enfants de leur père, même pas en rêve je me sépare de mes enfants, même pas en rêve… Donc ?
Donc, voilà, ce coup de fil m’a ouvert les yeux. Je peux bien rêver de l’Autre, « l’aimer », l’admirer, le vouloir exclusivement à moi, mais je n’ai rien à lui proposer en contre partie.
L’amitié ? Oui… s’il peut s’en contenter. Si ça peut me suffire.

Impression de raté.
Je l’ai rencontré 10 ans trop tard.
Et non pas dix ans trop tôt, car je sais très bien que si je ne suis pas prête à quitter mon cocon aujourd’hui, ce n’est pas pour le faire dans dix ans…

De toute façon, la question n’a plus lieu de se poser. Je pense avoir été explicite en refusant son cadeau. Et je connais l’animal : il est capable de me bouder longtemps. J’ai ramé pour rabibocher un bête malentendu littéraire. Là, je ne le vois pas revenir…

Et merde !

Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :